top of page

Autrice : Anaïs Hébrard

 

Contexte : 

Le 31 décembre 1888, le cadavre du marin-pêcheur François Coupard, tué à coups de couteaux, est trouvé à son domicile de l’Ile-aux-Chiens aujourd'hui appelée Ile-aux-Marins. Les gendarmes soupçonnent rapidement Louis Ollivier, son matelot, avec qui il avait de fréquentes altercations. Il a été vu la veille dans les cabarets de l’île, buvant avec Joseph Auguste Néel, un résident de Saint-Pierre.

Ils sont arrêtés le 1er janvier et font des aveux complets : après avoir bu, ils décidèrent d’aller souper chez Coupard. Furieux de trouver la porte du tambour barrée, ils la démolissent pour entrer. A l’intérieur Coupard se tient un couteau à la main, prêt à se défendre. Il se bat avec Ollivier. Néel récupère le couteau et le retourne contre son propriétaire. Il incite ensuite Ollivier à faire de même. Ils dissimulent le corps puis tentent de gagner la côte terre-neuvienne avec l’embarcation de la victime.

 

En février 1889 le tribunal criminel condamne Ollivier à 10 ans de bagne et Néel à la peine capitale.

En raison de l’absence de guillotine sur l’archipel, les peines capitales étaient habituellement commuées en travaux forcés à perpétuité. Mais cette fois-ci tout fut mis en œuvre pour appliquer cette peine « exemplaire ».

Le 22 août une guillotine en provenance de la Martinique arrive à Saint-Pierre, le 23 un bourreau est enfin trouvé et le 24 août 1889, à 4h30 du matin, Néel est conduit à la place Amiral Courbet. Une foule compacte, assemblée à distance, assiste alors à l’unique exécution de l’histoire de Saint-Pierre-et-Miquelon et à la seule peine capitale de ce genre à avoir été appliquée en Amérique du Nord.

La guillotine conservée aujourd’hui à l’Arche (Musée Archives de Saint-Pierre et Miquelon) fut construite vers 1890 et arriva dans la foulée à Saint-Pierre, car les inconvénients posés par l’absence de « bois de justice » lors de la condamnation de Néel poussèrent le gouvernement à remédier à ce manque.

Cette guillotine ne fut jamais utilisée et est très différente de celle décrite lors de l’exécution de Néel. Celle-ci semblait être très ancienne, et comme pour beaucoup de guillotines à l’époque, le bruit couru qu’elle avait décapité Marie-Antoinette.

Une légende ou pas ? Toujours est-il que cette histoire est le départ de l'inspiration d'Anaïs Hébrard qui imagine donc la vie d'Anna, femme du boureau désigné pour l'Exécution qui est prévue sur la place de Saint-Pierre. 

Cette pièce a été jouée au Festival d'Avignon, dans le Théâtre d'Outre-Mer. Si vous souhaitez rire aux éclats dans un contexte unique, vous laisser emporter par l'autrice connue et reconnue, ce livre est fait pour vous !

 

Informations sur le produit :

Editeur : Mon autre France®
Langue : Français
Livre broché
124 pages
Format fermé 210*148
ISBN 978-2-491898-038

 

Prix Unique du Livre : 15€

 

Poids : 180 grammes (les frais de port sont conformes au tarif de La Poste. À la commande, c’est l’adresse de livraison qui est prise en compte pour le calcul des frais de port.)

 

Le livre rentre dans le programme La Clairère des Livres, 1 livre édité, 1 arbre planté

Imprimé chez Typolibris à Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor en Bretagne, France

L'ouvrage a bénéficié de l'aide financière de la Collectivité Territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon dans le cadre des aides aux productions artistiques qui valorisent l'archipel.

Anna, femme de bourreau

SKU : 978-2-491898-038
15,00 €Prix
TVA Incluse |
  • Si l'article ne convient pas, pour quelque raison que ce soit, le client dispose d'un délai de rétractation de 7 jours à compter de la réception pour faire retour de sa commande. L'article doit être retourné obligatoirement dans son emballage d'origine, en parfait état, et accompagné de la facture correspondante par voie postale exclusivement à Mon autre France - 8 Route de la Chapelle du Mur - 29610 PLOUIGNEAU.

    Le retour du produit se fait sans pénalité, à l'exception des frais de retour. Les articles abîmés, endommagés ou salis par le client ne sont pas repris.

    Remarque importante : tout retour sans copie de la facture ne fera l'objet d'aucun remboursement. En cas d'exercice du droit de rétractation, Mon autre France® est tenu au remboursement des sommes versées par le client, sans frais, à l'exception des frais de retour. Le remboursement est dû dans un délai maximum de 15 jours après réception.

  • À la commande, c’est l’adresse de livraison qui est prise en compte pour le calcul des frais de port. La maison d'édition prend en charge une partie des frais de port, presque 50%. La petite structure fait son maximum pour vous permettre de vous offrir les ouvrages et vous les livrer à domicile. 

bottom of page